Les actualités - Eurovision - France
EUROVISION : Serge Gainsbourg, son empreinte sur le Concours
Imprimer  
Publié le 02 Mars 16 à 10h55  Par DRS2G
Il y a 25 ans, jour pour jour, disparut l'un des plus illustres auteurs-compositeurs-interprètes de l'histoire de la chanson française, Serge Gainsbourg, dans le 7ème arrondissement de Paris d'une 5ème crise cardiaque qui lui a été fatale.

Durant ses 34 ans de carrière, de 1957 à 1991, il chercha à toujours surprendre son auditoire, de part ses provocations médiatiques devenues célèbres, mais aussi à constituer des écrins sur-mesure pour ses interprètes, les plus souvent féminines, et à s'aventurer dans les genres musicaux les plus diverses, de la musique classique au rock progressif, en passant par le jazz, la musique afro-cubaine, le rap ou le reggae.

Décoré de la Croix d'Officier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1985 par Jack Lang, l'Académie Charles-Cros le récompensa du Grand Prix à 2 reprises en 1959 et en 1984. Il reçut une Victoire d'honneur en 1990 et fut récompensé à titre posthume en 1995 du César de la Meilleure Musique pour le film de Jean Becker "Elisa", avec Vanessa Paradis en tant qu'actrice principale.

Eurovision-Fr.net ne peut passer à côté de la célébration des 25 ans de la disparition de Serge Gainsbourg.
En 3 participations en tant qu'auteur-compositeur, pour 3 pays francophones différents, et pour 3 années différentes, Gainsbourg a su marquer de son empreinte le Concours, en ayant atteint à chaque fois le top 5, dont une victoire.

01. France Gall - "Poupée de Cire, Poupée de Son" (Eurovision 1965 à Naples / Victoire pour le Luxembourg)

Pour le 10e Concours, la RAI (télévision publique italienne) organisa la soirée de l'Eurovision le 20 mars dans un grand studio de la Télévision, dans une ville réputée pour ses chansons. Une nouveauté de taille pour cette édition, les pays de l'est y compris l'URSS, retransmettaient le Concours. C'est à partir de cette année là que les audiences télévisuelles se comptaient par centaines de millions.

Outre la France avec Guy Martel et son plus gros succès "N'avoue jamais" (considéré à tort comme un lauréat de l'Eurovision pour notre pays par un public non averti), un autre pays francophone très surveillé le Luxembourg présentait un titre 100% français. Paroles et musique de Serge Gainsbourg délicieusement interprété par France Gall qui n'avait pas encore 18 ans.
Aux répétitions cette chanson dû essuyer les foudres de l'orchestre. Les musiciens ne se sont pas gênés pour siffler et huer le morceau. Ils jugeaient cette musique trop proche du galop d'un cheval et manifestement ne l'appréciaient guère. Serge Gainsbourg dégoûté par cette attitude claqua la porte aux répétitions et rentra à Paris.
La chanson du Luxembourg "Poupée de cire, poupée de son" avait été écrite sur mesure pour la jeune artiste. Dans les paroles, France Gall joue le rôle de la chanteuse en vogue qui dit être pareille aux jeunes filles qui écoutent ses disques : insouciantes, dansantes et ne pensant qu'à l'amour.

Le vote se déroula sans incident et finalement la chanson si peu appréciée des musiciens l'emporte bel et bien. Serge Gainsbourg qui était revenu dans la cité aux baisers de feux était présent pour retirer son prix. C'était pour lui le début d'une nouvelle carrière d'auteur compositeur pour jeunes artistes féminines. Après la victoire de France Gall elles voulaient toutes chanter du Gainsbourg. France Gall bien sûr continua à interpréter ses chansons dont notamment "Les sucettes", mais aussi Brigitte Bardot, Jane Birkin, Catherine Deneuve et Isabelle Adjani pour ne citer que les plus célèbres.

Pour France Gall, en revanche, cette victoire lui laissa un goût amer, comme dit sur le plateau de l'émission de France 2 de Stéphane Bern "C'est Votre Vie" en Septembre 2015, afin de promouvoir la comédie musicale "Résiste".
« Je me suis fait huer par les musiciens tout l'après-midi, pendant les répétitions. J'y suis allée, dans ma tête, tellement perdante, qu'après avoir chanté j'ai dit à la personne qui m'accompagnait, sortons de là, j'ai besoin de boire une verre de lait, quelque chose » a raconté France à l'animateur Stéphane Bern, qualifiant sa victoire de « drame absolu ». « J'étais avec un garçon et j'ai demandé à ce qu'on appelle ce garçon quand j'ai gagné. Et ce garçon, juste avant que je monte sur scène, pour aller rechanter ma chanson, il me dit, "Je te quitte". Donc moi, qui étais très amoureuse, je pleure. Et on me pousse sur scène et on voit que j'ai plein de larmes mais ça n'a rien à voir avec le fait que j'ai gagné » a-t-elle renchéri, sans jamais citer le nom de Claude François, avec lequel elle a vécu une idylle de trois ans.
Après la remise de son prix, l'artiste a eu droit à une gifle en coulisses, de la part de la candidate anglaise Kathy Kirby : « Elle croyait qu'elle allait gagner. Tout le monde croyait que c'était elle. On a même dit que cela avait été truqué ».




02. Minouche Barelli - "Boum-badaboum" (Eurovision 1967 à Vienne / 5ème place pour Monaco)

C'était au tour de la télévision autrichienne de produire l'émission. L'ÖRF l'a voulu spectaculaire. Les participants avaient rendez-vous au Wiener Hofburg le Palais Impérial de la capitale autrichienne. La "Festsaal" est prestigieuse d'histoire et de décoration. Le décor pour l'Eurovision 1967 était pourtant très contemporain. En fond de scène des miroirs pivotants pendant l'interprétation des chansons. L'orchestre étant installé en prolongement de la scène.

Pour Monaco un nom prestigieux comme auteur/compositeur : Serge Gainsbourg qui tentait à nouveau sa chance en confiant à Minouche Barelli son "Boum badaboum". Pour résumer le texte dit en substance la vie est si courte alors laissez moi tout essayer. Cela correspondait bien à la philosophie Gainsbourienne.

L'Eurovision 1967 fut remporté par le Royaume-Uni avec ce grand succès du Concours, "Puppet on a string" interprétée par Sandie Shaw.
La France se classa 3ème en 1967 avec Noëlle Cordier et "Il doit faire beau là-bas" sur le thème de la distance de son amour, superbe ballade de Pierre Delanoë et Hubert Giraud

Fille du chef d'orchestre Aimé Barelli et de la chanteuse Lucienne Delyle, de son vrai prénom Marie-Pierre, Minouche Barelli, née à Paris le 13 Décembre 1947, prit la nationalité monégasque en 2002, mais mourut 2 ans plus tard, le 20 Février 2004, à l'âge de 56 ans.
Outre la chanson, Minouche a également été animatrice de télévision, notamment sur TF1, et a longtemps animé des émissions sur Radio Montmartre.




03. Joëlle Ursull - "Black and White Blues" (Eurovision 1990 à Zagreb / 2nde place pour la France)

Le Monde et l'Europe était en pleine mutation, dont les prémices étaient représentés par la chute du Mur de Berlin. Le Concours Eurovision de la Chanson 1990 eut lieu alors que l'Allemagne était en pleine phase de réunification. Quelques mois plus tard, le 31 août 1990, un traité célébrera cette réunification. Cet évènement aura des conséquences très heureuses en Europe, un vent de liberté soufflera sur plusieurs nations. Ces bouleversements sont à l'origine de la multitude de nouveaux pays qui souhaitèrent participer au Concours Eurovision de la Chanson dans les années 90, l'intégration de ces nouveaux pays continue encore de nos jours.

Après cette première victoire d'un pays communiste, la Yougoslavie se préparait à l'organisation du Concours Eurovision de la Chanson 1990. Le groupe Riva, interprète de la victoire Yougoslave à Lausanne, était de nationalité Croate. C'est presque tout naturellement que l'Eurovision était organisé dans cette république, et plus précisément dans sa capitale Zagreb. La date de la Finale était fixée au 5 mai.

En France il y avait du nouveau. Marie-France Brière prît la tête du Service Divertissements d'Antenne 2, et à ce titre était responsable du devenir du Concours Eurovision de la Chanson sur la chaîne publique. Nathalie André, aujourd'hui Directrice de Pôle Divertissements de France 2, travaillait aux côtés de Marie-France Brière pour les éditions 1990 et 1991 de l'Eurovision.

Après analyse des contre performances obtenues les années précédentes avec des artistes tous oubliés, la première décision de Marie-France Brière était de ne plus faire participer la France à ce Concours. La Direction d'Antenne2 n'approuva pas ce choix, considérant que cela faisait partie de sa mission de Service public. Marie-France demanda alors d'avoir une liberté totale quand aux destinées de la participation française. Sa première décision fût de ramener le choix de la chanson française à Antenne 2 et à son équipe en particulier.

Elle voulu une chanson d'un grand auteur et compositeur, inspirée d'un rythme brésilien qui lui avait plu. Le grand auteur/compositeur était connu à l'Eurovision pour avoir signé une victoire luxembourgeoise en 1965 : Serge Gainsbourg. Le thème de la chanson étant la dénonciation du racisme, Marie-France et Serge contactèrent une artiste Guadeloupéenne Joëlle Ursull, mannequin, danseuse et bien sur chanteuse notamment au sein du groupe Zouk Machine, elle entamait une carrière solo. La participation française qui était en danger au départ, ressortait grandie grâce à une équipe très professionnelle.
On disait de cette chanson que c'était un bâton de dynamite sur la scène de l'Eurovision. Entourée de tambour, Joëlle habillée de rouge interpréta merveilleusement le titre de Serge Gainsbourg. Chantant et dansant avec ses musiciens.

Joëlle Ursull est une chanteuse française d'origine guadeloupéenne.
Miss Guadeloupe 1979, puis mannequin, elle participe à la création du trio Zouk Machine, en 1986. Elle sortit un premier album solo "Myel" en 1988.
En plus de sa 2nde place à l'Eurovision 1990, derrière Toto Cotugno et "Insieme" pour l'Italie, Joëlle Ursull s'était aussi classée deuxième au Top 50 à l'été 1990, juste derrière... Zouk Machine, le groupe qu'elle a quitté en 1987, remplacée par Jane Fostin, et "Maldon (la musique dans la peau)".
Elle sort dans la foulée son second album solo intitulé "Black French". Joëlle Ursull fit une pause de dix ans pour élever ses deux filles, mais a repris du service en 2003 avec un single, Babydoo, et quelques concerts intimistes, en majorité en Guadeloupe.




Hors Concours, Dani avec "Comme Un Boomerang" (1975)

En 1974, la chanteuse Dani est sélectionnée par l'ORTF pour représenter la France le 6 avril 1974 à la dix-neuvième édition du Concours Eurovision de la chanson à Brighton au Royaume-Uni, avec la chanson "La Vie à 25 ans". Mais à la suite du décès du Président de la République Georges Pompidou le 2 avril 1974, la France se retire du concours Eurovision se tenant le jour du deuil national et des obsèques de Pompidou.

N'ayant pas pu participer au concours 1974, Dani se voit proposer de participer l'année suivante au Concours Eurovision de la chanson 1975 se déroulant à Stockholm le 22 mars 1975, mais impose la condition de chanter un opus de Serge Gainsbourg, qui avait déjà remporté dix ans auparavant le Prix avec Poupée de cire, poupée de son, interprétée par France Gall pour le Luxembourg.

Une maquette est enregistrée par Gainsbourg lui-même afin d'aider Dani dans l'interprétation de la chanson. Cependant, cette chanson est refusée par Antenne 2, diffuseur télé de l'événement, en raison de certains passages du texte jugés agressifs, provocateurs et connotés sexuellement et le jury français leur demande de revoir leur copie. Le tandem refuse.

Dani « rate » alors pour la 2e fois sa participation au Concours Eurovision de la chanson. En 1975, la France fut représentée par Nicole Rieu avec "Et bonjour à toi l'artiste", classée 4ème d'un Concours remporté par le groupe néerlandais Teach-In avec un autre grand succès de l'Eurovision, la chanson en anglais "Ding-a-Dong".

Le morceau "Comme un boomerang" est bloqué pendant un certain temps pour question de droits de maisons de disques, car "Comme un boomerang" existait en plusieurs versions : une chantée par Dani, une autre en duo et une troisième chantée par Gainsbourg seul. « Elle a dormi sur une étagère chez Vogue avec une étiquette Dani et non Gainsbourg, alors personne ne s'y intéressait » jusqu'à la fin des années 1990 où Étienne Daho encourage Dani à reprendre le morceau.

Le titre est réenregistré en 2001 lors d'un passage d'un concert de Daho, en duo avec Dani et paraît en single la même année et devient un tube, se classant à 6e position des meilleures ventes de singles.

La version de Gainsbourg sort en single dix ans plus tard – à l'occasion du vingtième anniversaire de sa disparition et du best of sorti à la même période – qui parvient à se classer à la 40e place des meilleures ventes de singles.




Les équipes d'Eurovision-Fr.net et de notre webradio partenaire EFR 12 Radio souhaitent remercier le plus infiniment possible Serge Gainsbourg à la fois pour ses contributions à l'Eurovision, toutes devenues des succès et faisant partie intégrante du patrimoine de la chanson française, mais aussi pour avoir inspiré bon nombre d'auteurs-compositeurs-interprètes à la fois dans les pays francophones et dans le monde entier.

Dans une interview accordée à notre site, le représentant estonien à l'Eurovision 2015, Stig Rästa, nous a dit: "Il est vrai qu’il existe des connections entre Serge et moi, du fait qu’on aime tous les deux travailler avec de jeunes artistes sur des titres aux sonorités rétro, avec pléthore de cordes et de guitares."; son duo avec Elina Born, "Goodbye To Yesterday", nous rappelant les collaborations de Serge Gainsbourg avec Brigitte Bardot.

Merci Gainsbourg! Merci Gainsbarre!


Les dernières actualités - France
Eurovision 1991 FRANCE 2019 : 2 nouveaux singles pour Bilal Hassani
© Serge Gainsbourg
France
Les réseaux sociaux


Les événements futurs
17/09
Pays de Galles Junior 2019 :
Demi-finale
20/09
Biélorussie Junior 2019 :
Finale nationale
22/09
Pologne Junior 2019 :
3e demi-finale
22/09
Irlande Junior 2019 :
4e quart-de-finale
24/09
Pays de Galles Junior 2019 :
Finale nationale
28/09
Pays-Bas Junior 2019 :
Finale nationale
29/09
Pologne Junior 2019 :
Finale nationale
29/09
Irlande Junior 2019 :
Demi-finale
06/10
Irlande Junior 2019 :
Finale nationale

© Eurovision-fr.net - 1999-2019 - mentions légales