Informations
FRANCE 2016 : Interview exclusive d'Edoardo Grassi et de Nathalie André
Imprimer  
Publié le 01 Décembre 15 à 09h00  / Modifié le 01 Décembre 2015 à 10h13  Par DRS2G
Nous sommes aujourd'hui à 165 jours de la Finale de l’Eurovision 2016 et, lundi dernier, le 23 novembre 2015, eut lieu la clôture définitive de la période de soumission des contributions pour les présélections françaises, en interne, au sein de France 2 (initialement prévue le 31 octobre dernier).

Dans le cadre de l’Eurovision 2016, du 10 au 14 mai 2016 au Globen de Stockholm, Eurovision-Fr.net vous propose aujourd’hui l'interview d’un binôme qui jouera un rôle essentiel dans le choix de notre représentant en Suède l’année prochaine.


Rappel du contexte :

Ces dernières semaines, France Télévisions et l’UER sont sujets à de multiples et récents changements structurels qui touchent directement le Concours Eurovision de la Chanson, et plus particulièrement la France.

Quatre annonces concernant la délégation française nous sont parvenues à ce jour, depuis septembre dernier, de la part de France 2 et de l’Union Européenne de Radiotélévision (UER), dans le cadre de la prochaine édition de l’Eurovision en mai 2016 :

1) Le 23 septembre 2015, l’UER annonce que le groupe du Big 5, c’est-à-dire les 5 plus grands contributeurs financiers au Concours Eurovision de la Chanson (la France donc, mais aussi l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni), ainsi que le pays hôte (en 2016 la Suède) se produiront, avec leur contribution, sur la scène du Concours, dans la demi-finale de vote dans laquelle chacun de ces 6 pays a été affectée.

Une décision souhaitée par France Télévisions, mais sujette à amendement de la part de la holding publique audiovisuelle française, car désirant se produire en direct et en intégralité en demi-finale au même titre que les pays en compétition.

2) Un jour plus tard, le 24 septembre 2015, un nouveau Chef de Délégation pour la délégation française a été nommé par France 2.

Frédéric Valencak, du fait de ses activités en tant que Directeur Adjoint des Divertissements de France 3, ne pouvait plus se consacrer efficacement à l’Eurovision.

Edoardo Grassi, travaillant au sein de la société de production Carson Prod, le remplace dans cette fonction. La passation de dossiers faite, les tâches pour Stockholm 2016 pouvaient commencer.

3) Le 30 septembre 2015, France 2 annonce la tenue de présélections en interne pour l’Eurovision 2016, avec appel à contributions durant tout le mois d’octobre.

A l’issue de cette période de soumission, qui devait initialement s'achever le 31 octobre 2015, mais prolongée au lundi 23 novembre 2015 dernier délai, un comité artistique au sein de France 2 sélectionnera l’interprète et la chanson qui représenteront la France sur la scène du Globen de Stockholm le samedi 14 mai 2016, dans le cadre de la Finale de l'Eurovision 2016.

4) Enfin, pour la première fois dans l'histoire de notre pays, le mercredi 25 novembre 2015, France Télévisions a annoncé la diffusion en direct des 2 demi-finales du Concours Eurovision de la Chanson sur l'antenne de France 4 les mardi 10 et jeudi 12 mai 2016.


C’est dans ce quadruple contexte que notre site a pu s’entretenir, début octobre par téléphone, en tant que premier contact, avec Edoardo Grassi, le nouveau Chef de Délégation de la France à l’Eurovision, et de nouveau nous adresser avec Nathalie André, Directrice du Pôle Divertissements de France 2.

Vous allez savoir quels liens unissent Edoardo Grassi et l’Eurovision, ainsi que les leçons tirées par France 2 et Nathalie André, à la fois de l’échec de Lisa Angell à Vienne mais aussi du succès d’audience de la chaîne en mai dernier, avec le profil type recherché pour Stockholm en mai prochain, une volonté de changements de la part de France Télévisions vis-à-vis du Concours et les différents obstacles rencontrés par le tandem dans cette quête.


Interview d’Edoardo Grassi et de Nathalie André :

Eurovision-Fr.net : Edoardo Grassi, pour commencer présentez-vous à nos lecteurs, et décrivez-nous votre parcours professionnel, avant votre nomination en tant que Chef de Délégation de la France à l’Eurovision ?

Edoardo Grassi : Je m’appelle Edoardo Grassi, je suis né en 1986 en Italie, du côté de Florence, où j’y ai vécu jusqu’au lycée. Une fois l’équivalent italien du baccalauréat obtenu, j’ai décidé de faire mes études en France. J’ai fait 5 ans d’histoire à l’université de la Sorbonne, que j’ai intégrée à mes 19 ans, en 2005.

A la fin de mes études, après mon master en histoire des médias, j’ai pu rentrer dans une boîte de production en tant que stagiaire, en travaillant sur des émissions de variétés et de divertissement pour toutes chaînes, ce qui m’a énormément plu.

Je travaille actuellement pour Carson Prod, filiale du groupe Lagardère. (Société de production française créée par Franck Saurat en avril 2001, qui produit, entre autres, « Le Grand Show » sur France 2 et des émissions de variétés pour France 3 (« Les chansons d’abord », « Du côté de chez Dave », « 300 chœurs »))

La variété et la télévision ont été la base de ma profession, depuis que je suis entré dans le monde du travail.

EFR : Edoardo, quels souvenirs gardez-vous de l’Eurovision en tant que (télé)spectateur, 2016 allant être votre première expérience Eurovision en tant que professionnel ?

EG : En parallèle de mon travail dans l’univers de la télévision, l’Eurovision était pour moi un centre d’intérêt très important, j’ai pu y assister en tant que spectateur à Copenhague en 2014 et à Vienne en 2015, mais aussi en famille durant mon enfance en Italie à la télévision.

Ce qui m’a le plus frappé sur place, en tant que fan et spectateur, c’est le niveau artistique et technologique du show, ce qu’il est devenu aujourd’hui, à savoir une énorme production.

La notion de communauté y est importante, l’Eurovision nous fait tous sentir Européens.
Bien sûr, on souhaite soutenir notre pays mais nous sommes aussi en empathie avec les autres nations participantes.

En rentrant de Vienne, j’ai émis à Nathalie André mon souhait d’intégrer la délégation française de l’Eurovision et les équipes de France 2.

EFR : Edoardo, avez-vous reçu des conseils de votre prédécesseur, Frédéric Valencak, dans la manière d’aborder cette fonction de Chef de Délégation ?

EG : De par mon travail auprès de Carson Prod, j’ai pu travailler en amont avec Frédéric Valencak (sur les émissions dominicales de France 3 « Les chansons d’abord » ou « Du côté de chez Dave »), qui est une personne généreuse qui m’a bien coachée sur la dynamique du Concours et les délais à respecter, les papiers à remplir, les personnes qui s’occupent de l’événement au sein de l’Union Européenne de Radiotélévision.

Il m’a également présenté aux autres Chefs de Délégation des pays du Big 5. La passation de dossiers avec Frédéric s’est très bien passée.

EFR : Edoardo, comment allez-vous aborder le travail avec les fans français de l’Eurovision avec les sites Internet comme le nôtre ou les associations de fans comme OGAE France ?

EG : Nous allons amplifier notre communication numérique avec les comptes Facebook et Twitter de l’émission, pour développer notre réseau social davantage. Ces 2 plateformes doivent relayer des informations exclusives.

Si tout se passe bien, il y aura des initiatives réalisées à l’attention des fans du Concours, qui sont l’âme de l’Eurovision, qui ne pourront pas se déplacer à Stockholm.

Je compte également rencontrer des personnes parmi la communauté française de fans de l’Eurovision dans les semaines à venir pour un premier contact, et répondre à leurs questions.

EFR : Nathalie André, quelles leçons tirez-vous de l’Eurovision 2015, ce que vous voyez, dans les grandes lignes, comme points positifs et améliorations à apporter pour Stockholm ?

Nathalie André : Il est, pour moi, intéressant de travailler avec un nouveau Chef de Délégation qui puisse parler 5 langues (français, anglais, italien, espagnol et portugais) et qui puisse se consacrer totalement à cette tâche de Chef de Délégation, sans qu’il soit accaparé en parallèle à des productions de France Télévisions.

Le show s’est énormément modernisé, je pensais que l’Eurovision était une émission passéiste, et je suis arrivée sur le plateau d’une production de type The Voice.

On a pu faire venir, avec l’aide du service de presse de France 2, les médias et faire bouger les choses au sein de France Télévisions concernant l’Eurovision, avec ce duo de commentateurs, Marianne James et Stéphane Bern, ou cette pastille quotidienne « L’instant Eurovision » et, au final, nous avons obtenu de très bonnes audiences. (En tête des audiences le soir de la finale avec 4,5 millions de téléspectateurs et une part de marché de 27,5%)

L’idéal, pour nous, serait d’envoyer une contribution mélangeant langue française et anglaise, un titre plus actuel/plus moderne, moins triste. Nous serons plus positifs quant au titre choisi l’année prochaine.

Pour autant, je ne renie en rien mes choix de l’année dernière, Lisa Angell est et restera une voix magnifique. J’espère que le Big 5 sera plus puissant et plus compétitif qu’il ne l’a été cette année.

EG : Pour compléter les propos de Nathalie, aujourd’hui, notre priorité, c’est écouter ce que le public de l’Eurovision souhaite entendre, de pouvoir transmettre un message positif et optimiste.

Il y a un certain nombre d’artistes que nous souhaiterions envoyer au Concours mais qui ne veulent pas y participer, et d’autres qui veulent y prendre part mais pas dans les pistes que nous privilégions.

NA : Pour ma part, sur mon compte Twitter, je reçois énormément de noms d’artistes ou de groupes soumis pour représenter la France à l’Eurovision. Il faut que vos lecteurs sachent que ce n’est pas si facile pour nous de sélectionner notre représentant.

Nous recevons des refus d’interprètes que nous aimerions voir sur la scène du Concours, et dont ils ont encore une mauvaise image. Au final, pour aller dans le sens d’Edoardo, c’est l’artiste qui choisit, et pas nous.

EFR : Nathalie, de quelle manière fonctionnera votre binôme dans le cadre du choix et de la promotion de la contribution française au Concours ?

NA : De la même manière qu’avec Frédéric Valencak cette année. En effet, Edoardo a lui aussi une très grande connaissance de l’Eurovision.

Chaque semaine, Edoardo et moi écoutons durant une heure et demie les titres que nous avons reçus (Une centaine de chansons ont été reçues et écoutées par Nathalie André et Edoardo Grassi une semaine après le début de l'appel à contributions le 30 septembre dernier. Au final, le 30 novembre 2015, il a été annoncé que France Télévisions a reçu un total de 280 contributions.).

Nous présélectionnerons les chansons qui passeront devant le Comité artistique, une fois la date butoir de soumission des titres passée.

EFR : Justement, de quelle manière fonctionnera le Comité en charge de la sélection de la contribution française pour l’Eurovision 2016 ?

NA : Ce comité sera constitué de notre binôme, ainsi que de collaborateurs de France 2, du groupe France Télévisions et de la filiale France Télévisions Distribution. (à l’instar des présélections internes françaises pour l’Eurovision 2013 et 2014, qui ont permis de choisir respectivement Amandine Bourgeois et les 3 finalistes français pour l’édition de Copenhague; avec choix final par le Comité Artistique parmi un Top 5 désigné au sein des contributions présélectionnées en amont par Nathalie André et Edoardo Grassi)

Une fois notre choix fait, nous le soumettons à la Direction de France 2 (avec à sa tête Vincent Meslet, nouveau Directeur de l’Antenne de France 2, depuis le 22 août dernier) afin d’avoir leur accord ferme et définitif.

EFR : Edoardo, Nathalie, que pensez-vous de la décision du Groupe de Référence du Concours Eurovision de la Chanson de faire chanter la France (et plus globalement les pays du Big 5) lors des demi-finales ?

NA : Cette décision est primordiale pour moi et pour la Délégation Française. Il n’est pas normal que les Pays du Big 5 ne puissent chanter qu’une seule fois durant la semaine Eurovision, alors que les autres pays finalistes l’ont pu 2 fois.

A Vienne, qui fut ma première expérience du Concours sur le terrain, je me suis rendue compte que les 2 demi-finales étaient primordiales dans le cadre de l’Eurovision, aussi importantes en termes d’organisation et d’enjeux que la finale.

C’est ainsi que j’ai pu obtenir d’Antoine Boilley, le Secrétaire Général de France 2, que les deux demi-finales de l’Eurovision 2016 soient diffusées en direct sur France 4, ce qui permettra de médiatiser beaucoup plus l’émission. (Diffusion en direct des 2 demi-finales de l’Eurovision 2016 sur France 4 les 10 et 12 mai 2016, avec émissions introductives au contenu non rendu public à ce jour à 20H30 CET)

EG : En tant que nouveau Chef de Délégation de la France, je suis en train de réaliser une mini-tournée de travail avec mes collègues du Big 5 que je vais rencontrer un par un. (Edoardo a pu rencontrer, par exemple, le Chef de Délégation espagnol, Federico Llano, au siège de la RTVE à Madrid le vendredi 9 octobre 2015; son homologue Italien, Nicola Caligliore; ou Jon Ola Sand, Superviseur Exécutif du Concours Eurovision de la Chanson, début Novembre à Genève au siège de l’UER et à Sofia dans le cadre de l’édition 2015 du Concours Eurovision Junior de la Chanson)

Nous souhaitons que notre groupe puisse avoir l’opportunité de chanter en direct et en intégralité nos chansons lors des demi-finales, au même titre que les participants à ces manches éliminatoires, idée qu’on souhaite soumettre au Groupe de Référence, dès lors qu’il y a unanimité auprès du Big 5 sur cette initiative.

EFR : Enfin Edoardo, que pensez-vous de la carrière de Céline Dion, que vous avez pu rencontrer à de maintes reprises, et du fait que l’Eurovision 1988 ait été un tremplin pour sa carrière internationale ?

EG : C’est une grande vedette internationale qui fédère et qui transmet de la bonne humeur et des valeurs positives. J’ai pu la rencontrer brièvement lors de plateaux télé ou durant son spectacle à Las Vegas. (Des photos d’Edoardo Grassi avec Céline Dion ont été mises en ligne sur ce site consacré à la chanteuse québécoise)

Céline a pu, selon moi, gagner une visibilité européenne grâce à l’Eurovision, alors qu’elle était déjà très connue au Québec.


Nous tenons à remercier infiniment Edoardo Grassi et Nathalie André pour leur disponibilité, ainsi qu’à Ludovic Hurel du service de presse de France 2 pour son aide la plus précieuse dans la tenue de cette interview.

France Télévisions diffusera en direct les 2 demi-finales de l'Eurovision 2016 sur France 4 le mardi 10 mai 2016 et le jeudi 12 mai 2016; ainsi que la Finale du Concours sur France 2 le samedi 14 mai 2016.

Le nom des commentateurs pour France 4 sont en attente d'officialisation de la part de France Télévisions.

Du côté de France 2, il a été confirmé et officialisé qu'ont été reconduits respectivement en tant que duo de commentateurs et porte-parole de la France pour la Finale de l'Eurovision 2016 la paire Stéphane Bern/Marianne James et Virginie Guilhaume.
Dernières infos sur le même sujet ...
Eurovision 2016 FRANCE 2017 : Compte-rendu du Gala du Hérisson 2017
© France 2
France
Parlez-en à vos amis

Bientôt...
Calendrier
15/12Italie 2018 : Annonce des participants
17/12Israël 2018 : 13e prime
21/12Albanie 2018 : 1re demi-finale
22/12Albanie 2018 : 2e demi-finale
23/12Albanie 2018 : Finale nationale
06/01Lituanie 2018 : 1re éliminatoire

© Eurovision-fr.net - 1999-2013 - mentions légales