Les actualités - Eurovision - France
FRANCE 2015 : Retour sur les années France 2
Imprimer  
Publié le 29 Août 14 à 08h35  / Modifié le 29 Août 2014 à 10h17  Par DRS2G
Nous avons appris ce mercredi matin le retour de la chaîne généraliste France 2 dans l’organisation du Concours Eurovision de la Chanson, après 15 années de diffusion sur France 3. Une décision prise par le groupe France Télévisions afin d’apporter un nouveau souffle à cet événement sur ses antennes, suite à la dernière place des Twin Twin en mai dernier. L’occasion pour nous de revenir sur l’implication passée de la seconde chaîne nationale française à l’Eurovision sur cet autre cycle de 15 ans, de 1983 à 1998.

De 1983 à 1989 : à la quête du glorieux passé

Par rapport à la seconde moitié des années 70, avec la mise en place du Concours de la Chanson Française par TF1, les finales nationales organisées par Antenne 2 de 1983 à 1987 furent moins ambitieuses, marquées par l’absence de demi-finales télévisées et d’artistes à la hauteur de cet événement, facteurs qui se traduiront par des résultats moyens pour la France lors de cette décennie. La fin des années 80 vit le retour d’une sélection interne, à savoir l’artiste renommé Gérard Lenorman en 1988 et de Nathalie Pâque (artiste la plus jeune ayant participé à l’Eurovision à ce jour) en 1989.

Sur le papier, la finale française de 1983, présentée par Jean-Pierre Foucault et Marie Myriam, était la plus prometteuse, avec la présence d’interprètes comme Joël Prévost (France 1978), Kali (France 1992), Isabelle Aubret (lauréate de l’Eurovision pour la France en 1962), Jean-Paul Cara (auteur-compositeur de « L’Oiseau et l’Enfant » de Marie Myriam ou de « 1, 2, 3 » de Catherine Ferry, entre autres) ou la Compagnie Créole, groupe classé cette année-là second de cette finale, et qui connaîtra un succès commercial et public avec leur titre « Vive Le Douanier Rousseau » et d’autres chansons festives et ensoleillées dans les années 80, au contraire du lauréat Guy Bonnet, classé au final 8ème à Munich avec « Vivre ».



De 1990 à 1994 : les années Marie-France Brière

En 1990, Marie-France Brière reprend le service divertissements d’Antenne 2 et était bien décidée de permettre à la France de renouer avec le succès à l’Eurovision, en entreprenant avec son équipe une politique rigoureuse dans la sélection de son représentant au Concours.

Marie-France Brière baigna dans le monde de la musique et de l’audiovisuel en 1961, à l’aube de ses 20 ans, lorsqu’elle fut engagée par Lucien Morisse à Europe 1. En 1975, elle rejoint Antenne 2 à la demande de Jacques Martin pour créer « Dimanche Martin ».
Après 2 années à la direction de Radio 7, Hervé Bourges, alors Président de TF1, la nomme responsable de l’unité de programmes de variétés de la chaîne en 1983, afin de redresser une audience sinistrée. Marie-France Brière permit à TF1 de se hisser en tête des audiences, 2 ans seulement après sa nomination, grâce à des animateurs et des programmes fédérateurs, où règnent strass et paillettes, avec des vedettes comme Patrick Sabatier, Stéphane Collaro ou Patrick Sébastien.
En 1987, année de la privatisation de TF1, Robert Hersant et Silvio Berlusconi nomment Marie-France Brière à la supervision des variétés d’une nouvelle chaîne privée, La Cinq, et ce jusqu’en 1990, où elle mit à l’antenne ses animateurs fétiches (Sabatier, Collaro, Sébastien), avec les mêmes méthodes et recettes qu’à TF1.

Ces cinq années de présence de Marie-France Brière au pôle divertissements d’Antenne 2 et son implication total et sincère dans l’Eurovision furent marqués, non seulement par une sélection sérieuse et rigoureuse du représentant, mais aussi par une mise en valeur de la richesse musicale et de la diversité culturelle de la France.
Les résultats se firent rapidement ressentir, à voir le palmarès durant cette période :
- 2nde place en 1990 pour Joëlle Ursull avec « Black and White Blues » (titre écrit par Serge Gainsbourg) ;
- 2nde place en 1991 pour Amina avec « C’est le dernier qui a parlé qui a raison » ;
- 8ème place en 1992 pour Kali avec « Monté la riviè’ » ;
- 4ème place en 1993 pour Patrick Fiori avec « Mamma Corsica » (titre écrit et composé par François Valéry);
- 7ème place en 1994 pour Nina Morato avec « Je suis un vrai garçon » (avec la présence sur scène de Matthieu Chédid à la guitare).

1994 signe non seulement le départ de Marie-France Brière à la tête des divertissements d’Antenne 2, devenu France 2 en 1992, mais aussi la première année de non-participation du Luxembourg à l’Eurovision. Une absence de 20 ans à ce jour, combinée à la perte de l’influence francophone de la Belgique et de la Suisse, qui affectera par la suite les résultats et le poids, déjà mis à mal par la non-présence dans les années 80 et 90 de Monaco, de la France au Concours.



De 1995 à 1998 : succès et désillusions

Durant la fin des années 90, France 2 poursuivit tant bien que mal la politique conduite par Marie-France Brière, avec moins d’efficacité et, de facto, des résultats mitigés. Tout d’abord, 2 top 10 pour Nathalie Santamaria en 1995 avec le titre « Il me donne rendez-vous » (titre écrit et composé par Didier Barbelivien) ; et pour Fanny (connue pour sa reprise de « L’Homme à la Moto » d’Edith Piaf en 1991) en 1997 avec la chanson « Sentiments Songes », deux compositions pop classiques mais efficaces. France 2 s’aventura également, avec peu de succès, sur le terrain des musiques ethniques en 1996 avec le titre intégralement chanté en breton « Diwanit Bugale » du duo Dan Ar Braz & l’Héritage des Celtes et la mélodie pop-reggae « Où Aller » de Marie-Line en 1998, tous deux en queue de classement.

Sous l’impulsion du groupe audiovisuel français, au gré de ses nombreux changements structurels et politiques, la France n’a pas su réagir à temps et être à la pointe de la communication, dans le cadre de l’Eurovision, à l’heure de l’explosion d’Internet et des réseaux sociaux, en étant peu à l’écoute des goûts musicaux actuels des Européens. Des pays d’Europe Occidentale, comme la Suède, l’Allemagne, l’Espagne ou les Pays-Bas, pour ne citer qu’eux, ont su faire les changements nécessaires et pris les mesures en adéquation avec l’évolution du paysage musical et audiovisuel.

Ces dernières années, au contraire de nombreux pays Européens, l’Eurovision traîne en France une image d’événement désuet, objet de commentaires négatifs et de railleries auprès du grand public et des réseaux sociaux, faute d’une présence et d’une couverture médiatique insuffisante et inefficace (télévision, bien sûr, mais aussi presse, radio, Internet, y compris de médias privés) et d’une accumulation de mauvais résultats de la délégation française à l’Eurovision (seulement 3 top 10 ces 15 dernières années).
Avec le passage sur France 3, l’Eurovision a également vu son public français vieillir, délaissant au passage une cible plus jeune, celle qui consomme et intéresse les annonceurs publicitaires, et fait donc rentrer de l’argent dans les caisses des chaînes, en ratant au début des années 2000 (mais c’est le cas du groupe France Télévisions en entier) le virage de la télé-réalité et de sa possibilité de programmes nouveaux et novateurs pouvant rester en adéquation avec la ligne éditoriale et la mission de service public de la holding audiovisuelle française.

Dans le cadre de l’Eurovision 2015, Frédéric Valencak (directeur adjoint au pôle divertissements de France 3) sera Chef de Délégation de la France pour la 3ème année consécutive, et travaillera en étroite collaboration avec Nathalie André, la directrice du pôle divertissements de France 2, connue du grand public pour avoir été la directrice de la saison 3 de la Star Academy en France en 2003, qui a vu la victoire d’Elodie Frégé, et qui a rejoint France Télévisions en 2011.

Une nouvelle page de l’histoire de la France au Concours Eurovision de la Chanson va s’écrire sur France 2. Les succès cette année d’artistes francophones à l’étranger tels Stromae, Indila, Daft Punk ou Lilly Wood and The Prick montrent que la musique française peut parfaitement plaire au public et aux critiques européens dans leur ensemble, si la France s’en donne les moyens et prend les bonnes décisions en regard du contexte actuel.

Les dernières actualités - France
Eurovision 2015 FRANCE 2018 : Vidéo clip de OK ou KO par Emmy Liyana
© France 2
France
Les réseaux sociaux


Les événements futurs
18/11
Malte 2019 :
7e prime
19/11
Eurovision Junior 2018 :
Fête d'Ouverture
21/11
Espagne 2019 :
10e prime
25/11
Eurovision Junior 2018
25/11
Malte 2019 :
8e prime
28/11
Espagne 2019 :
11e prime
02/12
Malte 2019 :
9e prime
05/12
Lettonie 2019 :
Annonce des participants
05/12
Espagne 2019 :
12e prime

© Eurovision-fr.net - 1999-2018 - mentions légales